Zur Startseite

Instruments de musique européens

La collection d’instruments de musique européens est composée d’objets datant du 16ème au 20ème siècle. Les points forts de la collection sont les instruments de l’époque baroque et du 19ème siècle, ainsi que les instruments fabriqués en Allemagne centrale du 17ème au 20ème siècle. Une partie de la collection est cataloguée en détail.

La collection d’instruments à clavier compte environ 20 orgues (orgues et orgues positifs), 30 harmoniums, 40 clavicordes, et 70 instruments à plectres (clavecins, épinettes, virginals). La collection comporte aussi environ 170 pianos, pianos carrés, pianos à queue, et claviorgana. Plusieurs instruments exceptionnels contribuent à la prééminence de cette collection. On peut citer par exemple 3 clavicordes du 16ème siècle et 6 instruments de l’inventeur florentin du système du piano-forte, Bartolomeo Cristofori. Outre de nombreux objets d’Italie, d’Autriche et du Sud de l’Allemagne, la collection comprend un grand nombre d’instruments à clavier de Saxe, dont la majeure partie provient de Leipzig. On peut encore citer près de 150 accordéons (bandonéons, concertinas, concertinas anglaises), la plupart datant du 20ème siècle et provenant de la région du Vogtland.

On dénombre, parmi les instruments à cordes pincées de la collection, environ 200 guitares et luths datant du 16ème au 20ème siècle. La collection de luths et d’archiluths renferme de rares instruments d’Italie et du Sud de l’Allemagne ainsi que des instruments de luthiers de l’époque baroque tels le hambourgeois J. Tielke et le leipzigois J. Ch. Hoffman. La collection d’instruments à cordes pincées est aussi riche d’environ 50 cistres, le plus ancien datant du 16ème siècle. Outre les guitares du 18ème siècle, la collection comprend un grand nombre de guitares de Richard Jacob, connu sous le nom de Weißberger, luthier du 20ème siècle qui vécut et travailla à Markneukirchen. Le musée possède aussi l’ameublement complet de son atelier. Les 200 cithares européennes permettent de documenter de manière presque exhaustive l’histoire de ce type d’instruments depuis le scheitholt jusqu’à la cithare de concert en passant par la kratzzither. La précieuse collection de harpes contient principalement des instruments datant du 16ème au 18ème siècle, dont une harpe gothique à cadre, des harpes chromatiques à crochets, des arpanettes, et des harpes à pédales à simple mouvement. La collection compte aussi 17 hackbretts datant du 18ème au 20ème siècle.

Plus de 300 instruments à cordes frottées datant du 16ème au 20ème siècle ainsi que 200 archets, dont la plupart datent des 19 et 20ème siècles, sont présent dans la collection. Parmi les instruments se trouvent aussi des lyres de la renaissance italienne, une collection de violes du 17ème et du 18ème siècle (violes de gambe, violes d’amour, barytons, dessus de viole), des contrebasses historiques, des nombreux violons, violes et violoncelles (dont des instruments aux formes inhabituelles tels que le violoncelle piccolo du leipzigois J. Ch Hoffmann). La plupart de ces chefs-d’œuvre furent fabriqués à Mittenwald, dans la région du Vogtland, dans le Nord de l’Italie ou bien encore dans l’atelier leipzigois du contemporain de Bach mentionné précédemment, Hoffmann. Il existe un grand nombre d’instruments aux formes surprenantes datant des 19ème et 20ème siècles comme les violons basés sur les idées de Ritter, Stetzner ou Chanot, un « arpeggionne » (guitare-violoncelle) ou encore un violoncelle da spalla (violoncelle d’épaule). On trouve aussi 35 pochettes et quelques rebecs des 17ème et 18ème siècles.

L’inventaire des instruments à vent dénombre environ 300 instruments à anche datant du 16ème au 20ème siècle (hautbois, bassons, clarinettes, cornemuses, chalemies, bombardes, cervelas, cromornes, et autres), dont des pièces rares comme un contrebasson datant de la première moitié du 18ème siècle et un cervelas de la renaissance en ivoire. Une grande partie de la collection de flûtes, qui contient environ 400 flûtes datant du 16ème au 20ème siècle, a été incluse dans un catalogue descriptif. La collection compte plusieurs types de flûtes à bec et de flûtes traversières, ainsi que des instruments aux formes inhabituelles tels que des Echoflöten (littéralement « flûtes d’écho », instrument figurant deux flûtes à bec attachées entre elles), des flûtes-cannes, des ocarinas. Des publications détaillées existent désormais également sur environ 130 trompettes datant du 18ème au 20ème siècle, 50 trombones et 15 tubas. On compte aussi 250 cors et cornets, dont certains datent du 16ème siècle, de nombreux cors naturels des époques baroque et classique, et différents types de cors à pistons datant des 19ème et 20ème siècles.

La collection de presque 200 instruments à percussions et à friction dénombre, parmi d’autres instruments, 10 arbres à carillon et bâtons de procession à clochettes datant du 17ème au 20ème siècle. Dans les années 1980, Wolf fonda à Leipzig une collection de tambours de types différents et de grande valeur. Parmi les instruments à friction se trouvent des instruments rares comme un clavicylindre, un terpodion, un mélodion et trois glassharmonicas (harmonicas de verre) du 18ème siècle et du début du 19ème siècle.

Près de 100 instruments mécaniques datant du 18ème au 20ème siècle, ainsi que des exemplaires des premiers appareils d’enregistrement et de reproduction musicale complètent la collection d’instruments de musique. Outre des horloges musicales de Vienne et de Berlin, la collection comporte aussi de nombreux instruments mécaniques à disques perforés en métal avec peignes de lamelles métalliques, produits en grande quantité à Leipzig au moment de leur invention. La collection dénombre encore des pianos et des pianos à queue mécaniques, des Vorsetzer (appareil mécanique s’adaptant devant le piano) fabriqués à Leipzig, comme celui de Hupfeld. On compte aussi quelques pièces rares telles qu’un rouet musical, des cages à oiseaux et des albums photo musicaux, qui complètent cette partie de la collection.

Il n’existe qu’un petit nombre d’instruments électriques et électroniques et ceux-ci ne constituent pas le point fort de la collection. On peut citer, comme particularité, le piano à queue électrique Neo-Bechstein de 1934.


 
 
 
 

Museum für Musikinstrumente der Universität Leipzig | Tel: 0341/97 30 750 | Fax: 0341/97 30 759 | musik.museum@uni-leipzig.de