Zur Startseite

La collection Kraus

Le baron florentin Alessandro Kraus (1853–1931) mena des recherches en musicologie et en organologie. Il s’intéressait aussi à l’anthropologie, l’archéologie et la géographie. Il prévoyait d’écrire « une monographie sur l’histoire de la musique de différentes personnes » et « une histoire comparative de différentes familles d’instruments ». En 1875, à la suggestion de son père, il commença la constitution d’une collection. A travers l’étude de ces documents authentiques, il espérait atteindre son objectif. Il s’intéressait aussi à d’autres approches de la musique. Il écrivit ainsi en 1909, à propos de ses intentions :
« La contribution de la musicologie aux études ethnographiques et de physiologie comparative est d’une grande importance, et les rapports portant sur les instruments de musique de tout temps et de toutes régions sont extrêmement utiles ». Il rassembla ainsi non seulement des instruments européens mais aussi des témoins musicaux de civilisations orientales. Pendant l’exposition universelle de 1878 à Paris, il obtint une médaille d’or pour son étude sur la musique du Japon (La Musique au Japon) et la grande médaille de la section ethnographique pour sa collection d’instruments de musique. La collection comptait environ 1000 objets et comportait des pièces uniques dont un des pianos-forte les plus anciens du monde, fabriqué par l’inventeur du mécanisme du piano-forte, Bartolomeo Cristofori. Ces instruments devaient servir à Kraus de source pour l’écriture de la Generalgeschichte der Musik (Histoire Générale de la Musique). En 1908, une partie de cette précieuse collection fut vendue à Wilhelm Heyer, originaire de Cologne.

Catalogue :

Alessandro Kraus, Catalogo della etnografico-musicale Kraus in Firenze, Sezione instrumenti musicali, Firenze, 1901.


 
 
 
 

Museum für Musikinstrumente der Universität Leipzig | Tel: 0341/97 30 750 | Fax: 0341/97 30 759 | musik.museum@uni-leipzig.de